Qui dit fin de l’été, dit baisse des températures. A cette époque de l’année, un phénomène qui effraie pas mal de monde pointe à l’horizon: l’invasion des araignées dans nos maisons. Pendant tout l’été, elles ont attendu ce moment avec impatience: la saison des amours. Eh oui, ces petites bestioles vont maintenant se reproduire dans nos chambres et dans nos salles de bains. Et certains gros spécimens pourraient pointer le bout de leur nez…

Les prochaines semaines verront les araignées débarquer dans nos maisons. Si vous ne les avez pas vues durant le printemps ou l’été, c’est qu’elles se cachaient probablement sous votre plancher ou dans le grenier. Mais maintenant, il est temps pour elles de sortir de leur planque pour s’accoupler. Ce qui les met dans une position de faiblesse, à la portée de votre aspirateur ou de votre balai.

Souvent on entend qu’un été doux peut faire apparaître des araignées de la taille d’une main. Et vu que l’été dernier fut très agréable, on peut se préparer à voir quelques grosses bestioles. Dans la presse britannique, certains témoignages, à Manchester par exemple, font état de sérieux exemplaires. Mais chez nous, qu’en est-il?

Getty Images

Que peut-on faire?

Les araignées ont de nombreux avantages, il suffit de compter les petites bestioles mortes prises dans leur toile et qui ne viendront plus vous déranger. Mais si vous voulez réduire le risque d’une rencontre avec votre pire ennemi, il y a quelques conseils à observer.

Premièrement, vous pouvez brosser régulièrement et éliminer les traces de leur toile. Les araignées sont moins susceptibles de revenir avec leur progéniture si leur habitat a disparu. En outre, vous pouvez aussi essayer de colmater tous les petits trous dans les murs ou près des fenêtres pour empêcher les araignées de se glisser à l’intérieur de votre maison.


Si vous en voyez apparaître quand même une, pas de panique. L’araignée est plus en danger que vous. Et si vous arrivez à identifier quelques spécimens, vous montrerez peut-être un peu plus de sympathie pour ces colocataires à huit pattes. Voici donc quelques beaux exemplaires que l’on peut retrouver dans nos contrées…

Getty Images

1. L’Agélène labyrinthe (8-12 mm)


Wikimedia Commons/Jean-Jacques MILAN

Nous commençons par cette araignée qui se trouve très fréquemment dans nos jardins. L’araignée à labyrinthe vit volontiers dans des plantes ou dans des haies bien épaisses. Sa grande toile en nappe est souvent visible. Une fois une petite proie prise au piège, l’araignée accourt pour mordre et paralyser sa victime. Une mauvaise période pour tous les insectes qui nous agacent comme les moustiques.

2. La Tégénaire domestique (10-16 mm)

Wikimedia Commons/Jonas Lehner

Ces araignées ont peut-être vécu toute leur vie dans votre maison. Ou alors il s’agit peut-être d’un mâle qui s’est glissé en dessous de votre porte. Non parce qu’il faisait froid mais parce qu’il voulait probablement s’accoupler.

Cliquez sur SUIVANT pour découvrir la suite >>>



Laissez un commentaire plus bas, ou...

Continuez votre lecture

Suivant ➜



Comments

comments