Mammifères, insectes, oiseaux, poissons… sous la décadence de l’homme, la Terre a vu ses populations d’animaux sauvages décliner de 60 % entre 1970 et 2014, annonce le Fonds mondial pour la nature (WWF).

Un bilan de plus en plus alarmant chaque année

« Préserver la nature ce n’est pas juste protéger les tigres, pandas, baleines, que nous chérissons », souligne le directeur du WWF, Marco Lambertini. « C’est bien plus vaste : il ne peut y avoir de futur sain et prospère pour les hommes sur une planète au climat déstabilisé, aux océans épuisés, au sol dégradé et aux forêts vidées, une planète dépouillée de sa biodiversité ».

L’homme, le principal responsable

Le déclin de la faune concerne tout le globe, avec des régions particulièrement affectées, comme les Tropiques, selon le rapport publié mardi avec la Société zoologique de Londres et basé sur le suivi de 16.700 populations (4.000 espèces). La zone Caraïbe/Amérique du sud affiche ainsi un bilan « effrayant » : -89% en 44 ans. Amérique du nord et Groënland s’en sortent un peu mieux, avec une faune à -23%. La vaste zone Europe, Afrique du nord et Moyen-Orient est à -31%.


« Au cours des années futurs, notre société devra être neutre en carbone. Nous devrons enrayer la perte de biodiversité et même inverser la courbe de son érosion, grâce à la finance verte, à une énergie propre et à une production alimentaire respectueuse de l’environnement », explique Marco Lambertini, directeur général de WWF International dans le rapport.  »Peu de gens ont la chance de prendre part à une véritable révolution. Nous faisons partie de ces privilégiés. »


Mais la disparition des animaux sauvages n’est pas une fatalité. Certains efforts des pouvoirs publics ont payé. La protection des forêts népalaises a par exemple permis à la population de tigres du Bengale de doubler en dix ans. En Chine, le panda géant qui avait presque disparu est sur le point de sortir de la liste rouge des espèces menacées.

Nous encourageons chacun(e) à entreprendre ses propres recherches afin de croiser les sources et d’en tirer vos propres conclusions pour ne pas être influencés dans votre critique personnelle.

Esprits Libres via Source


 


Laissez un commentaire plus bas, ou...

Continuez votre lecture

Suivant ➜



Comments

comments