Emmanuel Macron affirme être ouvert au débat et au référendum et promet de faire attention sur ses petites phrases jugées arrogantes et pourtant…

«Si être Gilet jaune, c’est vouloir moins de parlementaires et que le travail paie mieux, moi aussi je suis Gilet jaune!», a affirmé Emmanuel Macron.

Selon lui, les Gilets jaunes sont un mouvement «polymorphe» social et politique «sans revendication fixe, sans leader, hors de l’entreprise et qui a subi plusieurs mutations:

«Je fais bien la différence entre les ronds points et ceux qui viennent manifester le samedi. Les Gilets jaunes, c’est la France qui ne vit pas bien de son travail.»

Pour lui, il y aurait aussi parmi les Gilets jaunes, «40 à 50 000 militants ultras qui veulent la destruction des institutions». D’ailleurs, selon Paris Match, présent lors de ces confessions, Emmanuel Macron assure ne pas croire aux sondages relayant que plus de la moitié des Français (69% selon le dernier sondage) soutiendraient cette colère.
Nul doute, ces petites provocations à l’attention des Gilets jaunes ne manqueront pas de créer de nouvelles polémiques et de nouvelles tensions, probablement aussi une augmentation de la saturation des Gilets Jaunes et donc possiblement d’une mobilisation accrue.

Nous encourageons chacun(e) à entreprendre ses propres recherches afin de croiser les sources et d’en tirer vos propres conclusions pour ne pas être influencés dans votre critique personnelle.



Esprits Libres


Laissez un commentaire plus bas, ou...

Continuez votre lecture

Suivant ➜



Comments

comments